Les bicyclettes d'un GrosNaze

Posted on
Page
of 7
  • mah du coup pourquoi tu ne pose pas une des tes 10 Ultra pro?

  • Nice! +1 pour la Reydel GTI

  • Bin y'en a une sur eul' Salmon et une sur eul' JCF !

    La Reydel GTI est mignonne, surtout la NOS noire que vous avez posté. J'en ai une marron mais qui est prévu sur un autre vélo que je dois monter un jour...

  • Tu les as identifiées cesroues/moyeux?
    C'était en vente sur troc machin chose fb bordeaux non il y a quelques temps?
    Il y avait pas de la jante Assos sur le petit lot?

  • La paire de roue sur le JCF ? Moyeu Phil sur jante FIR je sais plus quoi. Achetées sur eBay à un italien avec d'autres petites pièces sympa pour un prix bien sympa.
    Donc tu dois pas parler de la même chose !

  • Exact, c'est pas ça.
    Mais c'est beau ♥

  • Elle est coule cette roue du Nilfgaard je trouve ! Délicieux ce montage. La perache en selle ce serait chouette eneffet, et peut-être un boyau pas vert à l'avant ?

  • Allez, comme @wapdawap l'a demandé, voici le petit récit de mon 600 de samedi :

    Mais si je raconte le miens, tu racontes le tiens ici aussi alors !

    J'ai profité d'un weekend d'astreinte de ma copine pour me faire un petit 600 en solo (sur la base d'un BRM de Cahors 2019 d'où j'ai détourné le trajet pour partir depuis chez moi, Bordeaux).
    J'ai décidé d'attaquer direct par la partie la plus vallonnée (le parcours étant relativement plat le reste du temps), histoire de pas terminer sur le plus dur.
    Départ 6h samedi. La matinée se déroule bien, peu de pauses, le ciel est légèrement couvert, ce qui m'évite d'avoir trop chaud.

    J'arrive à Cahors au km 200 vers 13h.
    Sandwish au poulet, Coca, Tartelette au citron. J'achète aussi quelques petits gateaux pour plus tard, et traverse Cahors.

    En repartant, je me dis que je devrais peut-être tester mon chargeur (B&M USB-Werk en même temps que ma lampe chinoise, remplaçante temporaire de la B&M IQ-X qui avait cramé la seconde nuit du PBP).
    Et là ça marche pas... Du coup, je me dis que je chargerai au max mon Garmin et que j’espérerai qu'il tienne la nuit.
    L'après-midi marque le changement de parcours vers l'ouest, avec un vent assez défavorable (mais pas trop non plus).

    J'avais prévu le trajet, mais en ce qui concerne les horaires de passage théorique, je ne m'étais pas posé de questions. J'avais quand même dans l'idée de manger le midi sur Cahors et le soir sur Casteljaloux.
    Mon estimation au pifomètre s'est avérée bonne. L'après-midi se déroule sans encombre.
    Arrivé à Casteljaloux, km 330, vers 19h30.

    Au menu du soir, un bon gros magret frite des familles avec un tiramisu et une pinte de bière.
    Un café, et c'est reparti.
    La suite se fait plus lentement, avec un poil plus de pause.

    Vers minuit, un "clac" me fait m'arrêter précipitemment. Verdict après inspection, un rayon s'est cassé sur ma roue arrière. La semaine précédente, un bidon mal enfoncé dans sa cage a sauté et s'était coincé dans ma roue arrière, tordant au passage un rayon. J'avais dévoilé cette roue la veille du départ. Mais le rayon n'avait visiblement pas aimé cette suite d'évènement...
    Je casse donc la partie restante insérée dans le moyeu et desserre mon frein arrière au max. Résultat : freinage arrière inexistant, mais le pneu ne frotte pas sur les bases ni les haubans.
    Un mars et ça repart (non, c'était une barre de céréale).
    Sur les coups d'une heure du mat, je passe à Morcenx et repère le parvis d'une église où j'y avais vu un an plus tôt, deux cyclistes en pleine sieste au beau milieu de mon premier BRM600. Je me dis que c'est un signe et en fait de même, pour 1/2 heure.
    Rion-des-Landes, 2 heures du mat, je cherche à remplir des bidons. J'entends des jeunes faire la fête, je les trouve et leur demande de me remplir les-dits bidons. J'esquive les propositions de Ricard et repousse 1 gars bourré qui se met à toucher mon bike avec le sourire et répond aux questions des 2-3 pelos encore à peu près frais qui se demandent ce que je fous là au beau milieu de la nuit.
    Je repars.
    Arrivé à Linxe, la fatigue, les lignes droites plates interminables des Landes me forcent à une seconde pause dodo. Et la batterie de mon GPS commence à s'affaiblir.
    Je trouve un coin de goudron de piste cyclable chaud et m'y allonge.
    Je mets le réveil à 30 min. Il sonne, je le relance pour 30min supplémentaire.
    Je repars un poil plus frais, et roule jusqu'au lever du jour jusqu'à Mimizan. Là, pause déjeuner devant une boulangerie, j'en profite pour rebrancher mon chargeur USB et enlevé la lampe qui n'est plus nécessaire. Un café et deux viennoiseries avalés, je repars.
    Déjà 24h depuis mon départ. Le rêve de boucler un 600 dans ce délai est effacé. Mais pas celui de battre mon temps du premier et seul 600.
    La fin est marquée par une légère douleur musculaire dans la cuisse droite. Si je ne force pas ça ne me fait pas mal, si je me mets en danseuse non plus. J'enchaîne donc des petits sprints et des période de calme. Les sprints, c'est juste pour me faire oublier que je ne roule plus qu'à 25km/h sur le plat...
    J'arrive finalement chez moi à 10h40 soit 30 min de moins que mon BRM600 2019, avec dénivelé identique, mais où j'avais partagé la route avec un petit groupe de 7 personnes.
    Une bonne douche, et je m'affale dans le canapé, d'où je ne bougerais plus jusqu'à la fin de la journée pour aller accomplir la corvée électorale.

    https://www.strava.com/activities/368310­1573

  • Héhé, cool, bon bha faudra que je raconte alors :)

  • combien de rayons tes roues ?

  • Neutron Ultra à l'arrière, donc 24 rayons il me semble.
    28 à l'avant (moyeu Shutter Precision sur Open Pro)

  • Déjà un grand bravo ! mais je serai curieux de savoir tes états d'âmes pendant une trentaine d'heures seul avec soi même, les passages durs, la nuit, les idées d'abandon, les moments d'euphorie. C'est ce qui fait le charme des épreuves longues ! On en veut plus !

  • bravissimo !!!
    ça c'est de la motiv' ;)

  • Mes états d'âme ?
    Et bien pas grand chose :D : je roule, je pense à plein de choses, mon prochain vélo, ma vie, tout ça.
    J'ai pas eu de "difficultés" sur ce trajet, pas vraiment d'objectif de chrono qui peuvent te faire forcer et provoquer une blessure, je suis resté dans une zone de "confort".
    Rien à voir avec ce que tu peux ressentir sur un IronMan visiblement (à te lire), ou l’état de fatigue extrême que j’ai pu ressentir sur le PBP.

    La nuit, sur les route des landes, perdu au milieu de nulle part (et parfois à des dizaines de kilomètres de la moindre habitation) t'as quand même l'impression que le monde est à toi.
    Mais par contre, c'est nul, tu le vois pas !

  • Mais par contre, c'est nul, tu le vois pas !

    Et nous non plus : ça manque de photos :)

  • Très cool ce récit!
    Ca donne envie de se lancer.

  • J'ai mis des photos (je sais pas si ça passe depuis Strava)

  • Pompéleup' !

  • Haha rien à voir je sais pas mais ces moments de contemplation et d’introspection font vraiment partie du plaisir aussi! C’est solide si tu as fait 30h sans trop douter (alimentation, sommeil, allure, matos) c’est que t’es parfaitement réglé quoi

  • Joli récit sur ton BRM 600 ! Les longues distances me manquent cette année ...

  • Bravo, je sais pas comment c'est possible de faire un truc pareil. Chapeau.

  • Trop cool ton récit ! C'est quoi ton vélo au fait ?

  • Respect 🙏

    Je trouve un coin de goudron de piste cyclable chaud et m'y allonge.

    Et un peu de lol :D

  • Le SeGrotTas !

    @Dcls ouais c’était du LOL 😂 j’y ai mieux dormis que n’importe quel endroit où j’ai dormis pendant le PBP

  • Post a reply
    • Bold
    • Italics
    • Link
    • Image
    • List
    • Quote
    • code
    • Preview
About

Les bicyclettes d'un GrosNaze

Posted by Avatar for GrosNaze @GrosNaze

Actions