De la cuisse et de la pédale

Posted on
Page
of 18
First Prev
/ 18
Next
  • Et bien ce LG fait de sacrées jolies photos car je faisais justement référence aux photos de Strava et insta. (S'il y en a d'autre je ne suis pas au jus) .

  • Il y en a d'autres, tellement d'ailleurs ! J'ai commencé à trier ! Je collerai un recap ici à la rentrée pour @Chuck.Ket et @Loule aussi !

  • c'est bien aimable.
    ce sera aussi disponible sur le 3615cov ?

  • Merci @cov!

  • Hâte de voir ça !
    Ton trip c'est mon coup de coeur vélocipédique de l'année !

  • Une fois n’est pas coutume, voilà un petit récap de notre participation à la Flèche Vélocio 2022 avec les frangins @wapdawap et @jeveuxmonbébéàlacrème.

    En quoi ça consiste (source : site de l’Audax Club Parisien) :

    « La Flèche Vélocio, organisée et contrôlée par l ‘Audax Club Parisien, est une randonnée cycliste en direction de la Concentration Pascale en Provence.

    *C’est une épreuve d’équipe qui doit obligatoirement répondre aux critères suivants :
    – Chaque équipe est constituée au minimum de trois machines et au maximum de cinq machines (un tandem ou une triplette comptent pour une machine).
    – Les équipes roulent continuellement pendant 24 heures (aucun arrêt ne peut dépasser deux heures). Tous les équipiers effectuent l’ensemble du parcours (ils ne se relaient pas).
    – Chaque équipe est libre de choisir son propre parcours, sous réserve qu’un minimum de 360 km soient effectués durant les 24 heures. »*

    Cette épreuve remonte à 1947, c’est historique ! Les grosses braquasses du game c’est l’US Metro qui n’a pas loupé un seul RDV depuis l’origine de l’épreuve, qui détient le record de distance (778km), et qui remporte régulièrement ce prix. Autant dire que cette flèche est une classique de la FFCT (je ne me ferais jamais à l’appellation FFV déso...), plus d’infos sur cette page : Flèche Velocio ACP

    Pourquoi on s’inflige ça :
    De base on est piqué par le vélo dans la famille, nos parents se sont rencontrés dans le club de cyclotourisme créé par nos grand-parents (l’Amicale Cyclotouriste Versaillaise). De ce fait, on a toujours passé nos vacances dans les milieux cyclos et notre papy nous à toujours raconté ses exploits de coureur cycliste dans sa jeunesse et de cyclotouriste par la suite. La Vélocio, il l’a fait 2 fois avec une distance maximale de 480km. Déjà un objectif à atteindre pour nous ! Au-delà des liens du sang au vélo, on aime juste rouler ensemble et se fixer des petits challenges de temps à autre.

    Comment on se prépare :
    On était prêt depuis 2020 pour tout dire : parcours, logisitque, entrainement renouvelé chaque année. Mais la pandémie… vous connaissez la suite. Donc on revient en 2022 avec la même stratégie à savoir :

    • un objectif de distance fixé à 531km, plus ou moins 20 %, ce qui nous donne une fourchette 427,5km mini / 637km maxi
    • un parcours le plus plat possible qui part de Nantes. On a choisi pour des questions de vents dominants d’Ouest de longer la Loire, le Cher, le Canal du Berry, l’Allier, avant de revenir vers la Loire à Roanne puis plonger vers Saint-Etienne.
    • un choix d’heure de départ à 9h00 le vendredi 15 Avril qui détermine la fin de l’épreuve à 9h00 le samedi 16 Avril.
    • une logistique de lieu de pointage et de ravitaillement pour être sûr de trouver une boulange ou une boutique pour faire tamponner la carte. On a pris l’option facile avec notre père, Papa, et ma compagne, Popo, en accompagnateurs avec le fourgon. Ils nous retrouvent aux points de contrôle, ainsi en plus de tamponner la carte, on remplit les bidons et les poches de victuailles.
    • un ravitaillement préparé en partie en amont de l’épreuve avant tout constitué de sucre, de sel et de matière grasses hydrogénées car c’est ça qui donne le goût (gâteaux apéro, barres de céréales de toutes gammes et qualité, pâtes de fruit, sandwich beurre/jambon/fromage, purée de cacahuète, pizza, quiche, flanc, gros gâteau au chocolat de bâtard avec plein de beurre dedans, pommes, bananes, kiwi – pour la bonne conscience,...)
    • un entraînement régulier avec des grosses distances crescendo dans les premiers mois de l’année : une fois 150km à 200km en Janvier, minimum une fois 200km en Février, une fois 350km en Mars (dont 200km sous la pluie par 3°C avant de retrouver @Grosnaze pour rejoindre Bordeaux et repartir aussi sec en train vers Nantes), puis en Avril on maintient la forme avant le jour de l’épreuve
    • des vélos vérifiés et nettoyés pour le jour J, une fusée Wolhauser aluminium avec du caractère pour @wapdawap, un Trek Madone de cake en charbon avec freins à diks pour @jeveuxmonbébéàlacrème et un bon vieux Scott Addict RC20 pour moi. On y rajoute quelques appendices type sacoches, porte bidons supplémentaires, plaque de cadre.


    > les montures

    Quel état d’esprit :
    On a les dents qui raclent le plancher tellement on en peut plus d’attendre que cette épreuve puisse avoir lieu ! Pour @wapdawap, le capitaine de l’équipe, c’est plutôt une formalité avec son profil de bon cyclo de ses morts qui à déjà 1PBP à son compteur, de multiples BRM de 200km, 300km, 400km, 600km, 1000km… Pour @jeveuxmonbébéàlacrème, le puncheur grimpeur qui tourne les cannes à la Froomie, la distance max accomplie est de l’ordre des 400km, il est en très grande forme en ce début d’année. Me concernant, mon max est à 402km, je pars sereins avec l’expérience d’un tour de France de 5300km effectué en 28 jours d’affilé en 2021.

    Le déroulement :
    Le vendredi 15 avril 2022, le départ est fixé à 9h, on se retrouve chez les parents à Saint-Herblain pour une petite photo puis on se dirige vers la première boulangerie où on fait tamponner nos cartes de route. Au cas où il y aurait un contrôle secret dans le bourg de Saint-Herblain, on en fait le tour avant de mettre en route pour traverser Nantes. La météo est magnifique, grand soleil, pas trop froid, par contre le vent est de Nord Est, défavorable par rapport à notre parcours et nos prévisions. Il n’est pas très fort au début mais s’intensifiera tout au long du parcours.

    > photo du départ

    > pointage à la boulange

    Nous roulons en file indienne à bonne allure en longeant la Loire dès la sortie de Nantes. Nous passons les quelques bosses du début de parcours, La Varenne, Champtoceaux, Bouzillé, Saint-Florent-le-Vieil sans aucun soucis, nous sommes bien rodés. Nous prenons des relais entre 10 et 20 minutes. De mon côté je mange un truc toutes les 20min et surtout m’hydrate très régulièrement. J’attends d’être en dernière position ou en position intermédiaire pour me ravitailler. Nous nous faisons une frayeur en voyant qu’un pont est fermé sur la Loire, heureusement, ce n’est pas celui que nous devons prendre ! Nous empruntons une route « barrée à 5km » en fin de matinée en espérant que ça passe. Heureusement, les ouvriers sont en pause dej et nous pouvons traverser les chantiers de voirie au cœur du village d’Epiré. Nous n’avions pas pensé aux risques de fermeture de voirie sur notre trajet et nous n’avions rien vérifié !

    > traversée de Nantes

    > le vignoble nantais

    > pont de Monjean-sur-Loire

    Nous arrivons à Bouchemaine à 12h15. C’est notre premier contrôle, 100km après le départ. Nous avons 5min d’avance sur notre plus basse estimation de temps. On ne retrouve pas notre fourgon de ravitaillement à notre arrivée. @wapdawap fait tamponner les cartes de routes dans une boulangerie et achète 2 bouteille d’eau. Nous patientons une vingtaine de minutes mais toujours pas de fourgon… On rage un peu de cette perte de temps et on se remet en route. L’absence de ravito me pénalise pour deux choses ; malgré les 2 bouteilles d’eau achetées, je n’ai pas mes deux bidons pleins ; je n’ai pris sur moi que du sucré au départ en pensant manger salé lors de cette pause et finalement je vais avoir de plus en plus de mal à manger du sucré au court de l’épreuve.
    On se remet en route avec la même technique de relais, on croise nos ravitailleurs à quelques encablures de là, ils ont dû prendre la déviation au niveau de la route barrée et ont donc pris du retard. Au moins, ils devraient être là au prochain contrôle !

    > pointage à la boulange

    > "fait chier d'attendre, on se barre !"

    > "comme de par hasard, ils sont sur le bord de la route 10 minutes après..."

    Le soleil est de plus en plus chaud et je manque d’eau, j’en pique dans les bidons de mes équipiers. @jeveuxmonbébéàlacrème à une envie pressante et on profite du cadre du château d’Ussé pour qu’il se soulage, je bois à foison et remplie mes bidons mais la déshydratation et le manque de sel minéraux sont là, j’ai une bonne migraine bien chiante. On retrouve notre team à Villandry aux alentours de 16h, au kilomètre 205. On tamponne les cartes à l’office de tourisme. On a presque 31 kmh de moyenne, on est toujours dans l’estimation mini malgré le vent défavorable, mes soucis de ravito, et les pauses techniques impératives.

    > chaleur estivale et vent défavorable en bord de Loire

    > "donner manger salé, j'ai le bide flingué !"

    > les ravitailleurs sont là à Villandry, ouf !

    > recharge en sel en cours... @jeveuxmonbébéàlacrème, fait pas style derrière avec ta pomme...

    On se restaure et on met les voiles pour traverser Tours, un vrai cauchemar car c’est l’heure de pointe du soir. On s’en sort sans trop de soucis mais après de nombreux arrêts dus aux feux de circulation. On longe ensuite le Cher avec des paysages plutôt sympathiques, des forêts, des plaines, des belles bâtisses... On arrive à notre 3ème contrôle à 19h30. Il situé dans la localité de Selles-sur-Cher, au kilomètre 292, nous sommes toujours dans notre estimation la plus rapide. On pointe dans un bar et on rejoint notre équipe de ravitaillement. Les réflexes sont pris, la team Popo/Papa est en ordre de bataille. On a un peu plus de 31kmh de moyenne de roulage mais on commence à accuser le coup. On prend plus notre temps, on se restaure plus longtemps, on se pose un peu plus.

    > passage devant le château de Villandry en quittant le 2ème contrôle


    > pointage dans un bar à Selles-sur-Cher


    > plaque de cadre de la Flèche Velocio

    On repart au moment du crépuscule, il commence à faire froid, on se couvre et on met les gilets jaunes. Je me paye le luxe de changer de cuissard car j’ai le cul en vrac à cause de la peau de chamois imbibée de la transpiration de la journée et de la platitude du parcours qui n’est pas favorable à faire de la danseuse. La jour fait place à la nuit, la fraîcheur ne fait pas de mal. La journée ensoleillée que nous venons de vivre était probablement la plus chaude depuis le début de l’année, forcément, le corps n’est pas trop habitué et ne réagit pas toujours de la meilleure des manières. Nous avons la chance d’être accompagné par une magnifique pleine lune qui illumine le ciel et permet à nos yeux de moins fatiguer.

    > départ de Selles-sur-Cher

    On reprend notre routine de relais, on roule bien et sans fausse note. On croise quelques cervidés qui galopent dans les forêt environnantes. On taquine @jeveuxmonbébéàlacrème en lui parlant de hardes de sangliers car il flippe grave à l’idée d’en croiser mais finalement rien de tout ça ! Une petite avarie sur un des support de bidon de @wapdawap qui se desserre. On s’arrête, il revisse, on en profite pour pisser et ça repart. On arrive à Bourges, notre 4ème contrôle. Il est 23h30, notre moyenne est toujours aux alentours de 31kmh mais nous avons pris 40min de retard sur notre meilleure estimation. On pointe dans une petite boutique et on grimpe en pestant une grande côte dans le centre ville : « qui a foutu ça là !!! ». On retrouve nos accompagnateurs, on mange encore comme des gorets. En fait nous sommes des gorets, on pète et on rote à tous va à cause de la bouffe qu’on ingurgite et de l’effort qu’on fourni. On refait les dialogues de la Soupe au Choux ou de Pets et Clopes II avec nos plus beaux vents. Les frangins changent de cuissard et on repart un peu dans le dur.

    > Retrouvaille et changement de cuissard à Bourges

    Je mets un peu de temps à me remettre dans le bain, on s’échauffe et on retrouve notre rythme. Le terrain devient de plus en plus vallonné et la fatigue se fait ressentir. Les routes sont très calmes, on ne croise personne et le vent qui n’est plus qu’une brise est petit à petit favorable. On se fait un pose à Sancoins, c’est notre objectif de distance minimale, 427,5km. On se pose sur les chaises d’un restaurant. Toute la terrasse est en place sans aucune sécurité, on se dit qu’il ne doit pas y avoir beaucoup d’histoire dans le coin. Je ne réussi plus à manger sur le vélo, encore « écœuré » d’avoir mangé trop sucré le matin donc je me force à grignoter lors des arrêts. On repart de plus belle vers Moulins, la pause a été un peu longue mais a fait du bien. On commence à s’endormir avec @jeveuxmonbébéàlacrème donc on pousse de temps à autre de gros hurlements de bête sauvage après avoir fait une grosse relance pour soulagé le culcul et détendre les muscles des jambes.

    > pause à Sancoins sur une terrasse déserte en plein milieu de la nuit

    Nous longeons l’Allier sur des toboggans ponctués de petits raidillons avant d’arriver à Moulins, ville la plus intense du fixie game (où aurait pu avoir lieu une concentre du type festival des tubes!). On ne trouve aucune boutique d’ouverte pour apposer un cachet sur notre carte de route. Les yeux de lynx de @jeveuxmonbébéàlacrème distinguent une boîte aux lettre alors que nous roulons à haute vitesse, on fait demi tour et nous postons une carte préalablement fournie par l’ACP pour prouver notre passage dans cette ville. Il est 3h45 du matin, nous avons 475km au compteur et notre moyenne est redescendue à 30,3kmh. Il ne nous reste plus que 6h à rouler, on a fait les 3/4 de l’épreuve.

    > carte postale "pointage" postée à Moulins

    On retrouve notre team ravito devant un Burger King à la sortie de Moulins. Je ne supporte pas bien la nuit sur le vélo donc j’en profite pour faire une powernap, je ne sais pas combien de temps je dors mais quand je me réveille, mes bidons sont pleins et les fréros sont déters pour partir. Cette sieste m’a requinquée et je repars en tête pur échauffer le groupe gentiment. Le vent est plutôt favorable ce qui permet de compenser le manque d’efficacité du pédalage. Nous rencontrons de plus en plus de côtes et le dénivelé s’accumule. Par contre pas âme qui vive sur la route, ni automobilistes, ni animaux, ni cyclistes, juste nous et le bruit de nos vélos. Moi qui roulait collé dans la roue du frère qui me précède au début de l’aventure, je commence à prendre mes distances. Nous perdons tous en lucidité et entre la difficulté à garder sa ligne et les relances régulières pour soulager le séant, il ne vaut mieux pas prendre de risque.

    > départ de Moulins après petite sieste dans la camion

    On voit poindre à l’horizon la lumière du petit jour alors que nous nous rapprochons de Digoin notre distance d’homologation. Cette ville n’est pas à proprement parler sur le parcours, mais pour la beauté du geste (et sûrement parce qu’on est trop con et pas assez lucide pour se dire qu’on perd du temps), nous nous y rendons en faisant un petit détour de 2km. On se pose, on fait le topo et le pipi. On continue de manger des choses, j’ai aussi emmené du salé, notamment des mini-saucissons qui font du bien à 6h30 du matin. On a encore 30kmh de moyenne après 531km, on est satisfait mais on peut tirer plus loin. Nous sommes tous dans un état de fatigue avancé et la remise en route est compliquée. Il ne reste que 2h30 à rouler !

    > la pause perte de temps de Digoin

    On reprend la route dans un enchevêtrement de canaux et de marais. Le coin est magnifique mais nous sommes frigorifiés, la température avoisine les 3°C, je suis content d’avoir mis mes surchausses à Moulins ! La 22ème de l’épreuve arrive, nous devons donc pointer, cependant nous sommes au milieu de nul part, au hameau Les Guernes. On s’arrête pour remplir la carte à poster qu’on enverra dans le bled suivant. Mon compteur n’a plus de batterie, celui de @jeveuxmonbébéàlacrème c’est la même chose. Mon portable me lâche peu de temps après, le froid à raison des batteries et je ne peux donc plus prendre de photos. Il ne reste que @wapdawap qui dispose du parcours en vue sur son vélo. On poste la carte peu de temps après à Bonnand. On a perdu beaucoup de temps sur ces deux arrêts. Il ne nous reste plus qu’une heure et demi à rouler, il fait très froid, nous sommes entourée de brume et le parcours est constitué de petites routes sinueuses avec plein de ponts bien casse-pattes pour passer au dessus du canal qui longe la Loire.

    Nous approchons du dénouement, @wapdawap est grillé à sec, il fait le GPS en font de paquet et nous nous relayons à l’avant avec @jeveuxmonbébéàlacrème. Nous sortons des marais et nous élevons au-dessus du brouillard. La vue est magnifique, on aperçoit la silhouette des arbres et les collines environnantes ressortir au-dessus d’une belle nappe duveteuse de condensation de quelques mètres d’épaisseur. Le soleil levant fait scintiller la Loire et le canal et compètent se beau tableau à merveille.

    Mon objectif personnel est d’atteindre Roanne mais le timing devient vraiment serré. On se plante de route à Chambilly, heureusement @wapdawap est encore suffisament lucide et on rectifie vite l’erreur. S’en suit la plus longue heure de vélo que j’ai vécu, elle semble interminable. J’ai l’impression de prendre la majorité des relais. Mon niveau d’éveil indique juste à mon corps de pédaler. Nous sommes tous trois dans un état de coma-roulant. On approche sérieusement de Roanne. Sur la D43 autrement appelé Route de Roanne, on se fait serrer les miches et klaxonner un nombre incalculable de fois. Seul un ou deux automobiliste profite de la grande largeur de la voie pour nous laisser un peu d’air.

    On arrive finalement à notre 24ème heure à Mably, à 5km de Roanne. Il est 9h00 le samedi 16 Avril 2022. On s’arrête devant un fleuriste, La Bouquetterie, qui tamponne nos cartes de routes et nous dit « Super, je viens de trouver quelqu’un pour arroser les plantes ! ». Nous pensons tous à notre énorme envie de pisser mais on est pas sûr qu’elle pense à un arrosage de ce type. On s’assoit sur un banc, on ôte nos chaussures et nos casques, on marche, on mange nos restes de provisions, on fait les comptes. Nous avons couverts 585km en 24h soit une moyenne de 24,4kmh pauses comprises. Nous avons roulé à 29,7kmh de moyenne en accumulant 4h20 de pause. Ça ne semble pas énorme mais c’est trop pour ce genre d’épreuve si on veut vraiment faire de la longue distance. On en profite pour téléphoner à notre Papy et lui raconter notre aventure, il est super content de partager ce moment avec nous mais il faut le dire, il semble dégoutté que nous l’ayons battu en termes de kilométrage parcouru !

    > l'arrivée à Mably à la Bouquetterie

    Notre camion d’assistance arrive, nous mangeons à nouveau comme des affamés, nous nous lavons rapidement, nous changeons, chargeons notre bordel et en route pour la Provence pour se rendre à la concentration Pascal à Blauvac le lendemain. Une superbe aventure que nous referons probablement en 2023 après avoir tirer des enseignements de cette première participation.

    > concentration Pascal à Blauvac, où est la team n°02 ?


    > celle là on devait la faire à Blauvac, avec le Ventoux en arrière plan


    > la prochaine fois, prévoyez une sono les gars !

    LE STRAVA POUR LES KUDOS

    Si vous avez lu jusque là, merci, vous devez être aussi fatigués que nous à l’arrivée de notre flèche Velocio !

    Du coup petit bonus #hotrodz, en repartant de Blauvac, le col de Murs était fermé pour une petite course de côte des familles, on en a profité pour admirer la mécanique et prendre quelques bouffées de pétrole !

  • C'est pas le récit de mon tdf mais c'est sympa quand même non ?

  • Et bien j'ai pris beaucoup de plaisir à vous lire. Merci pour le report. Et encore félicitation pour cette performance de dingue, dingue, dingue !

  • Fantastique ce récit ! Bravo à vous trois

  • Bravo les gars, ça doit être un kiffe de faire ça en famille 👌

  • Bravo, belle épopée et beau récit.....au passage, c'est fou à quel point je m'identifie plus aux récits produits sur ce forum (et je parle depuis les aventures lointaines de It'sOmarYo....) Qui fourmillent de détails intéressants qu'à ce qu'on lit dans la presse et les sites spécialisés.....

  • Génial les frangins !!!

  • Bravo la famille ! La classe ! Vous êtes 3 machines !

    Qu'est-ce que j'aime lire ce genre de récits. On a l'impression de ressentir la fatigue avec vous dans les dernières heures de la nuit. Merci pour le partage !

  • La tête de @wapdawap qui mange ses crackers !

  • Il avait débranché le cerveau, les heures passent plus vite comme ça ! Les descriptions sont fameuses 😂 @cov

  • Merci à tous pour vos retours, ça fait plaisir que ça plaise !
    @seco1976 je confirme c'est trop bien, surtout que le niveau est très homogène entre nous 3 sur ce genre d'épreuve.
    @BrAdOr je suis entièrement d'accord avec toi, même si j'ai toujours l'impression de rajouter des caisses de détails pour rien dire, je trouve ça plus immersif !

  • Bravo les frangins, impressionnant !

  • Félicitations, sacrée performance

  • Trop bien votre histoire, je comprends pas du tout en quoi consiste votre "faire du vélo" mais ça avait l'air sympa.

  • On refait les dialogues de la Soupe au Choux ou de Pets et Clopes II avec nos plus beaux vents. Les frangins changent de cuissard et on repart un peu dans le dur.

    Très bonne blague au passage...

  • Big UP la fratrie, c'est chouette !!

    Et merci pour le bonus Hot Rodz !

  • Vous avez grave assuré les frangins !!
    J'ai vu la trace Strava je connaissais pas les détails de la flèche, chapeau vous avez pas chômé 👍

    Les descriptifs au top, les photos au top, les cuissots au top, ça doit être trop le kiff ce genre de truc avec la mif 😘

  • Jean, votre grand père, doit être très fier de lui, car il vous a tellement passionné par le vélo que les élèves ont fini par dépassé le maitre.
    C'est une belle récompense pour lui, même si , avec humour, vous pensez l'avoir dégouté :-)
    J'ai délecté votre prose qui est vraiment à votre image.
    Je vous adore et vous félicite car vous êtes des passionnés passionnants à suivre. Bien à vous tous les Padawan, je vous admire y compris votre team :-)

  • @Laurent_Prin merci pour ton message ! Je ne croyais pas te retrouver sur ce forum de pignoleur ! Fais gaffe dans 2 ans tu auras 15 vélos chez toi 😂

  • Post a reply
    • Bold
    • Italics
    • Link
    • Image
    • List
    • Quote
    • code
    • Preview
About

De la cuisse et de la pédale

Posted by Avatar for cov @cov

Actions