Avatar for lam

lam

Member since Nov 2019 • Last active Dec 2020
  • 1 conversations
  • 7 comments

Most recent activity

  • in Concours
    Avatar for lam

    Pas depuis que je le roule. Les fourreaux sont bien droit, par contre on dirait qu'il ya un petit désaxement au niveau du pivot de fourche en effet.

    Une raison de plus de mener au bout ce projet DMQM.

  • in Concours
    Avatar for lam

    C'est vrai pour l'écartement. D'ailleurs comme j'ai dit mon Mercier actuel en Reynolds est monté avec du 130 mm, il a fait des kilomètres, du dénivelé et il n'y a pas eu de souci.
    Mais bon, rester sur du 126 mm ça permet un retrait-remontage de roue plus rapide et ça me permet de limiter les vitesses au strict nécessaire sur mon parcours, ce qui est pas inintéressant vu que le changement se fera par levier non indexé.
    Alors sans doute que 8 vitesses + indexation au cintre aurait apporté plus de confort en effet. Ça fait partie de l'aspect pas complètement rationnel de la machine.

    Pour info, puisque j'en ai parlé, mon vélo actuel pour mes 44 km quotidien les jours secs et qui me donne beaucoup de plaisir : (Désolé pour la photo qui rend pas justice).

    Ça donne une idée des choix qu'on retrouvera sur mon DMQM : mono plateau, Mafac gold, manettocadre, sacoche Berthoud A4 klick-fix (sur selle ou sur cintre)...

    Sinon, j'ai pas beaucoup avancé...
    Simplement, hier j'ai nettoyé une paire d'étriers qui traînait depuis un moment au fond d'un carton. Et pour être dans l'esprit DMQM, je me suis autorisé quelques up-grades:

    • porte-patin aux chromes piqués d'origines remplacés par des modèles titanes René Herse (une dizaine de grammes de moins mais surtout des chromes qui ne re-rouilleront pas sur ce vélo destiné à affronter tous les temps),

    • rondelles en cuivre à la places des plastiques d'origines qui avaient disparu depuis longtemps,
    • patins KoolStop pour + de mordant sous les trombes d'eau versées par les bâches des semi-remorques avec lesquels je joue à tu me doubles, j'te double.

    Et voilà les Mafac 2000 en version Mieux-que-Neuf :

    J'apprécie en particulier le système de butées sous les patins qui permet un remontage des roues sans accrocher le pneu contre le patin.

  • in Concours
    Avatar for lam

    À ma connaissance Grand Bois sont les seuls à faire ça. En pratique j'aurais pu écarter les bases et faire passer un moyeu standard (c'est ce que j'ai fait sur mon Mercier actuel) mais j'ai choisi de faire les choses dans les règles ce coup-ci. Quant à laisser un moyeu ancien, j'ai dévissé suffisamment de roues libres grippées pour préférer largement la rapidité d'intervention des cassettes modernes pour changer les pignons.
    En gros, je pars sur du neuf pour tout ce qui apporte une plus-value technique: le wheel-set et l'éclairage, pédales auto, plateau narrow-wide.
    Pour un usage quotidien et tout temps, les freins à disque m'auraient bien tentés mais des étriers à tirage central feront à peu près aussi bien l'affaire.

  • in Concours
    Avatar for lam

    Grand Bois petit flasques pour le moyeu arrière en 126 mm (je préfère ne pas écarter à 130 sur un cadre en Columbus). J'ai détaché les pignons d'une cassette 8v pour me faire cette cassette 6v (en 126mm le corps de roue libre Grand Bois n'accepte pas plus de pignons sur les moyeux de cet entraxe).
    Le dérailleur arrière devrait être un Deore XT 8 vitesses qui permettra d'encaisser l'écart 11-32 nécessaire vu les quelques dénivelés de mon trajet et le choix de la transmission mono plateau.

  • in Concours
    Avatar for lam

    Oui, un SONdelux pour alimenter les feux avant et arrière.

  • in Concours
    Avatar for lam

    200 pour le moyeu arrière
    160 pour les 2 jantes
    190 pour le moyeu SON
    145 pour les rayons plats et les écrous alu

    Total: 655 €

  • in Concours
    Avatar for lam

    Puisque le concours est sans deadline fixe je poste un projet qui traîne et qui était programmé pour rejoindre l'asphalte à l'occasion du changement d'heure.

    Alors d'abord je commence par le teasing pour voir si j'arrive à poster une image :

    Apparemment ça marche.

    Donc l'idée c'est de faire ma trentaine de km urbains quotidiens, parfois plus (hier par exemple c'était une soixantaine) avec du bon vieux acier au fonctionnement nickel.

    Actuellement j'ai un Mercier rose tout Reynolds monté en mono plateau et pneus Compass en 32, et équipé d'une sacoche Berthoud Klik fix format A4 attachée à la tige de selle. Je suis heureux. Le seul défaut du véhicule c'est son absence de garde boue et de dynamo. À part ça il est parfait et me permet de filer mes 25 km/h de moyenne en milieu urbain.
    Les jours où il pleut je lui substitue une randonneuse Motobécane bien lourde, sans dynamo, avec un triple plateau peu adapté à la nervosité de la conduite en ville mais qui a le principal avantage d'avoir des garde-boue.

    Le cahier des charge c'est donc d'avoir un cadre plutôt léger, des pneus de plus de 28, des garde-boue, un éclairage à dynamo et une transmission mono bien réactive (laissiz mord).

    La solution simple et rapide c'était de prendre un Triban 520, de lui mettre des vraies roues et des vrais pneus et un vrai éclairage, ce qui finissait quand même par chiffrer. Ou alors, avec un budget moindre, de remettre en état un vieux cadre histoire de ne pas à chaque fois remettre une pièce dans la machine consumériste.

    Fort de ce raisonnement éthiquable, le cadre a été désossé, nettoyé, regraissé et en partie remonté. À l'instant exact où j'écris, voilà où en sont les choses :

    L'"émaillage" vite torché à la bombe et le mauvais chrome de la fourche sont caractéristiques de la production Mercier de la grande époque. On adore. Pour rester dans l'esprit Tricolore et anticonsumériste l'idée est d'utiliser soit des pièces d'occasion, soit des pièces produites en France ou dans un pays limitrophe. A priori le seul manquement à la règle ça devrait être les jantes (polies, à double paroi et larges) et le moyeu arrière (entraxe de 126 mm et standard hyperglide) faute d'équivalent en pièces anciennes ou locales. Peut-être aussi les leviers de frein si le toucher soyeux du neuf est trop attrayant sur ce poste stratégique.

    Petite check list de ce qui a été fait:

    • le cadre est en Columbus aelle:

    • Les roues sont des réalisations perso à base de jante Grand Bois, rayons Sapim Cx-Ray (pour faire passer la vitesse moyenne de 25km/h à 25,4 km/h et me permettre de dormir 2 min de plus le matin) et moyeu SONdelux à l'avant (clin d’œil dans le titre du topic):

    à l'arrière, moyeu 6v à cassette personnalisée 11-30 (mais qu'il sera possible de passer à 11-32):

    Côté pneumatiques, j'ai voulu tester les Hutchinson Sector 32 a priori d'un bon rapport qualité prix mais du René Herse en 35 mm devrait aussi passer et venir upgrader l'ensemble quand les Hutchinson seront en fin de course. La largeur nominale de 32 se traduit par à peine plus de 29 mm de section effective (malgré les jantes Grand Bois de 23mm), ce qui reste tout de même 1 mm de mieux que mes Compass 32 qui dépassent à peine les 28 mm. (L'industrie du caoutchouc nous ment!)

    • L'éclairage sera sur garde-boue afin de situer la machine dans la famille des randonneuses. Les garde-boue sont des Stronglight qui ont le mérite d'être en alu, mais c'est leur seul mérite: la tringlerie est mal conçue (fixée à l'intérieur du garde boue), l'absence de rebord ne présage pas une protection contre les projections digne d'Honjo ou de Berthoud, le garde-boue avant est bien trop court, etc...
      Le feu avant est un B&M IQ-XS assez léger et compact. Il est monté sur un vieux support en tôle emboutie recoupée aux standards germaniques par mes soins:

    le feu arrière est un Trelock peu sexy mais qui offre un large catadioptre. Vu le niveau d'éveil et d'attention qui a court sur les départementales du Val d'Oise le matin à 7h, ce détail a son importance. Donc tant pis pour les petits feux arrière kawaï type SON et autres Supernova.

Actions