You are reading a single comment by @GrosNaze and its replies. Click here to read the full conversation.
  • Petit topic où je vous présenterai ma petite collec' !

    Mais avant, petit récap de mon Paris-Brest-Paris 2019.

    Dimanche, 16h, j'arrive avec seulement une petite heure d'avance à Rambouillet avant mon départ.
    Pas le temps de chercher le parking longue durée (que j'avais pourtant réservé), je gare ma voiture sur le même parking où je m'étais garé la veille pour le contrôle de mon vélo.
    Le stress est bien présent ! Le cœur s'accélère ! J'arrive au niveau des sas de départ et rejoint le miens lettre E. Le nombre de cyclistes est impressionnant ! Jamais je n'en ai vu autant.
    16h50, nous nous avançons au premier contrôle et faisons tamponner notre carnet de route pour la première fois.
    La peur m'envahie. Je suis ému, je retiens mes larmes toutes les 2 min devant le défi qui m'attend.
    17h00, je vois les premiers de mon sas partir au loin, je clipse. Et c'est à mon tour de passer sous la banderole du départ.
    Départ sur les chapeaux de roues, prises de plusieurs relais à l'avant des différents pelotons que j'ai accompagnés, les premiers kilomètres s’enchaînent très (trop) vites.
    Plusieurs chutes se produisent auxquelles j'arrive à échapper (2 mecs qui croisent leurs roues juste devant moi, puis à la tombée de la nuit, un petit groupe de 7-8 personnes chutent aussi, surement de la même manière).
    Un petit sandwich au boudins à Mortagne, direction Villaines-la-Juhel (petit repas et pause un peu plus longue), puis Fougères où j'arrive au moment du départ de Fiona Kolbinger (petit selfie après lui avoir gentiment demandé).
    Il est 5h30 du matin, je m'octroie une bonne pause avec un repas encore plus consistant. A la fin de mon repas, je suis pris de tremblement de froid. Direction les douches que j’espérais chaude mais qui seront finalement tiède.
    Je repars.
    A la sortie de Fougères, je rejoins Jean-Baptiste, qui roule pour les Cycles Ernest (participant au concours des Machines). Son rythme est assez proche du miens, l'entente est bonne et nous finirons ce PBP ensemble (quasiment, la fin ayant creusé de très légers écarts). Nous rejoignent aussi peu de temps après vers Loudéac, Marguerite qui roule elle aussi pour un artisan du concours des Machines, les Cycles Cattin, et Clément qui roule pour ADV Framework.
    Avec eux aussi, le courant passe bien, et le rythme assez proche, nous permet de créer un petit groupe soudé.
    A la tombée de la nuit, mon phare refuse de s'allumer alors qu'il avait parfaitement fonctionné la première nuit ? J'emprunterai une petite lumière à Marguerite.
    La montée des Monts d'Arrée est difficile, fatigue et sommeil se font sentir et le froid nous glace le sang. A la descente, les yeux commencent à se fermer. Un petit power-nap de 10 min me permettra de finir jusqu'à Brest où nous arriverons à 1h du matin le mardi.
    C'est mon anniversaire !
    Les dortoirs sont pleins, nous commencerons donc la nuit à même le sol avec une couverture de survie dans une cage d'escalier (J-B et Clément ont tout de même des bivy). Révéillée 2h plus tard par le froid, Marguerite aura la force de demander si un dortoir s'est libéré. Jackpot! Nous dormirons 2h de plus sur des matelas !
    Levé à 6h30, nous prenons notre temps ! Une bonne douche avec changement de tenue me fera le plus grand bien. Puis un bon repas. Nous repartons à 8h30.
    Nous retrouverons sur la deuxième ascension des monts d'Arré, Philippe, qui roule pour son fils au concours des Machines avec son vélo Petit-Breton.
    Les kilomètres s'enchaînent ensuite, Clément fuse dans les montés où J-B aura plus de mal. Mais il se rattrape sur le plat où il nous tire à un bon rythme ! Marguerite semble à l'aise partout ! Moi, je fais mine de tenir (mais à la manière de Jerome Morrow, dans Gattacca, j'ai tout donné sur l'aller !).
    Nous restons tout de même encore ensemble le plus souvent possible !
    Les pauses aux contrôles sont assez (parfois trop) longue. Mais au rythme où l'on va, elles sont nécessaires.
    Nous arriverons à Carhaix vers 12h, Loudéac vers 17h (où Clément repars rapidement et il aura toujours une avance sur nous jusqu'à la fin de la journée, mais nous le retrouvons sur chaque contrôle).
    Nous arrivons à Tinténiac vers 22h30 et nous pousserons dans la nuit jusqu'à Fougères, où le froid et la fatigue aura finalement raison de nous.
    Il est alors 2h moins le quart. Nous choisissons de dormir 2h.
    Des tatamis sont posés dans des salles de classes. Le sommeil est cours et bercé par les frottements des couvertures de survie des participants qui arrivent ou repartent.
    Au levé, un autre repas est nécessaire pour recharger les batteries.
    Nous repartons à 5h30 pour notre dernier jour de vélo !
    Cette dernière journée, chacun roule à son rythme. Mais comme ils sont très proches, nous nous retrouvons très souvent !
    Je sais alors que j'ai moyen d'être dans les temps (le doute était présent jusqu'alors).
    Les kilomètres filent, nous croisons Fiona à plusieurs reprises aux contrôles ou sur la route.

About

Avatar for GrosNaze @GrosNaze started